Des ardoises pour les  écoliers français

versionfrancaise

Regardez mes amis! Ce sont bien des ardoises !

Je ne parle pas de ce que l’on pourrait trouver dans un musée sur le système scolaire français mais bien de ce qui se trouve dans la maison d’une amie. Ses filles, qui sont à l’école primaire, en utilisent en classe. Elles s’en servent, par exemple, pour écrire la réponse à une question posée par le professeur. Lorsque le professeur demande la réponse, on lève l’ardoise pour montrer sa réponse. Pratique!

Je me rappelle avoir trouvé quelque chose qui ressemblait à ce truc dans la maison de mon enfance. Ma mère m’avait dit qu’elle utilisait une ardoise à l’école, dans les années 50 en Finlande.

Ce type de fourniture scolaire est maintenant d’actualité dans ma vie aussi parce que ma fille entre en CP. Les parents ont reçu une liste de la maîtresse avec toutes les choses à acheter pour la rentrée. Un stylo à bille bleu, un vert et un rouge. Un classeur. 100 pochettes plastiques. Une photo d’identité. Des crayons à papier. Une gomme.

Et puis, cette mystérieuse ARDOISE.

« Non mais bon sang qu’est-ce que c’est ?! », ai-je juré à voix haute au rayon des fournitures de bureau du supermarché.

Une gentille maman française a rigolé et m’a indiqué le rayon où je pourrai la trouver. « C’est ça », m’a-t-elle montré. Ardoise vol.2.

L’ardoise, c’est donc, par exemple, pour s’entraîner à écrire en attaché, chose que l’on n’apprend plus en Finlande.

ardoise

Dans l’école de ma fille, par contre, pas besoin de tablier, contrairement à ce que demandent d’autres établissements.

Dans la plupart des écoles françaises, le stylo plume fait aussi partie de la liste de fournitures scolaires, au même titre que le sac filet ou que le stylo bic quatre couleurs si cher aux français.

Et personne ici en France n’a besoin de se soucier du réseau social (qu’on appelle Wilma en Finlande)  qui fait le lien entre professeurs et parents. À la place, on distribue de simples petits papiers aux parents.

Quand on compare cela aux classes digitales finlandaises dans lesquelles on utilise des tablettes, on ne peut pas s’empêcher de rire. Et en tant que mère finlandaise, ça m’engoisserait presque. Qu’est-ce qui peut bien arriver aux enfants que l’on met dans des classes où l’on enseigne « comme avant » ?

lundi en francais

Mitä osaa ranskalainen ekaluokkalainen vs. mitä osaa suomalainen ekaluokkalainen / Ce qu’un enfant de CP en France sait faire VS ce qu’un enfant de CP en Finlande sait faire

koulu-laskut

(En français à la fin de la page) 

Sain ystävältäni, suomalaisen ekaluokan opettajalta kuvan lapusta, jonka hän jakaa tulevien oppilaiden vanhemmille. Siinä kerrotaan, mitä taitoja 7-vuotiaan lapsen pitäisi osata ennen koulun alkua.

harjoittele kesalla

Näin ranskalaisen école maternelle -koulun juuri suorittaneen pikkuisen tytön äitinä hymyilyttää. Ensi vuonna koulunsa aloittavan, 5-vuotiaan todistuksessa luetellut, koulutielle tarvittavat ja koulussa jo opetut taidot ovat tässä vertailussa aika… no, toisenlaiset.

Tässä muutamia esimerkkejä koulutodistuksesta, jonka saimme viime viikolla kotiin. Vastaavia kohtia on vihkosessa kymmeniä.

  1. Tiedän mitä tarkoittaa tasapainoinen ravinto
  2. Osaan laskea alle kymmenluvuilla
  3. Osaan leikata monimuotoisen muodon

Ranska-koulu

  1. Tiedän mitä on vaarallinen käytös
  2.  Osaan kirjoittaa sanoja
  3. Osaan muodostaa riimejä

ranska koulu 2

Vaatimustaso on toinen, mutta eihän se tietenkään tarkoita, etteikö moni suomalainen lapsi silti osaisi näitä samoja taitoja. Tarvitseeko 5-vuotiaan näitä edes osata? Enpä todella usko, ehkä ranskalaisessa koulussa sitten. Mielestäni lapsuus saisi olla täälläkin pitempi.

Mutta hitto soikoon, kyllä minä silti olen ylpeä. Lapsenihan on fiksumpi kuin äitinsä aikoinaan 🙂

P.S. Käy lukemassa myös kirjoitukseni suomalaisen päiväkodin kuraleikeistä. Se aiheutti paljon keskustelua.

En français

Ce qu’un enfant de CP en France sait faire VS ce qu’un enfant de CP en Finlande sait faire

Une amie finlandaise qui est institutrice pour une classe de CP m’a envoyé ce petit papier (vous pouvez le voir en haut) qu’elle distribue aux parents de ses futurs élèves.

Sur ce papier sont écrites les différentes choses qu’un élève de sept ans devrait être capable de faire avant le début de l’année scolaire.

En-traî-ne toi pen-dant l’é-té

  • Entraîne toi à écrire ton propre nom

Je me suis entraîné(e)

  •  Entraîne toi à faire ton sac

Je me suis entraîné(e)

  • Entraîne toi à manger avec ton couteau et ta fourchette. Découvre de nouveaux goûts.

Je me suis entraîné(e)

  • Entraîne toi à mettre et à enlever ta veste et tes chaussures.

Je me suis entraîné(e)

  •  Entraîne toi à utiliser un crayon et des ciseaux.

Je me suis entraîné(e)

  •  Entraîne toi à rentrer chez toi avec un adulte en toute sécurité.

Je me suis entraîné(e)

C’est ce petit papier qui a fait sourire la mère d’une petite fille qui venait tout juste de finir ses années d’école maternelle.

En comparaison, ce qu’un enfant de cinq ans qui commencera l’école primaire l’année prochaine doit savoir pour emprunter le chemin de l’école, et a déjà acquis à l’école maternelle (en France), est assez… différent.

Vous pouvez voir en haut quelques exemples des exercices qui ont été rapportés à la maison la semaine dernière. Il y a en tout des dizaines de lignes.

Le niveau d’attente est différent, mais cela ne signifie pas pour autant que beaucoup d’enfants finlandais ne sont pas capables de faire ce que l’on exige des enfants français.

Et est-ce qu’un enfant de cinq enfant à vraiment besoin de savoir tout ça ? Je ne pense pas, ou peut-être pour aller à l’école française alors. Pour moi, l’enfance devrait pouvoir durer un peu plus longtemps ici aussi.

Mais mince alors, je suis quand même super fière. Ma fille est plus intelligente que sa mère au même âge 😉