Conseils pour un style français au quotidien by Héléna

IMG_0189

Comme vous le savez, ce blog n’est pas un blog de mode. Et je ne suis pas non plus une personne très à la mode. Mais ces temps, j’essaie de faire de mieux pour être présentable.

Dans cet environnement dans lequel chaque personne croisée semble avoir passé plus de cinq minutes devant son miroir, il a bien entendu été indispensable de changer, au moins un peu. Maintenant, le matin, je me demande si les vêtements sont assortis. Je mets du rouge à lèvre avant de sortir et sans de grandes boucles d’oreilles, je me sens presque nue.

Mon mari a joliment dit que c’est seulement en France que j’ai commencé à être féminine. Peut-être que c’est vrai. Il faut dire que c’est très sympa de mettre en valeur ses côtés féminins, même si en Finlande j’avais tendance à considérer ce genre choses comme étant un peu superficielles. Mais pourquoi une femme ne pourrait-elle pas avoir l’air d’une femme ? 

14733465_169026436892554_7020220991313805312_n

En fait, ce look “français travaillé sans en avoir l’air” n’exige pas grand chose (si on ne compte pas cette éternelle minceur). Dans les magazines de mode, on peut lire des millions de différents conseils pour un look « French chic » mais moi, je m’en tiens aux règles tacites suivantes. Avec elles on peut déjà aller loin :

  • Les vêtements et chaussures de sports ne servent qu’à faire du sport.
  • Les chaussures orthopédiques ne sont stylées dans aucune situation.
  • Les leggings sont des sous-vêtements ou des vêtements pour enfants.
  • Les imprimés à grosses fleurs vives font, aux yeux des français, ressembler celles qui les qui les portent à des nappes.
  • Il faut préférer des couleurs naturels et poudrées à des couleurs vives. Même chose pour les cheveux. Leur couleur doit être naturelle, même si leur brushing prend une heure ou deux.
  • Sinon, less is more : le maquillage chargé, les grands décolletés ou les chaussures à talons qui ont l’air inconfortables et sans style ne se retrouvent pas dans les gardes-robes des français. Fais confiance à l’intemporel plutôt qu’à la tendance.
  • Les collants épais et colorés ne sont pas portés par les femmes adultes.
  • Seuls les touristes portent des pantacourts.
  • Les chaussettes dans les sandales peuvent provoquent le rire voir des fou-rires.
  • Entre femmes, parler de ses performances sportives ou comparer ses crèmes anti-rides à celles des autres est embarrassant. On doit prendre soin de soi EN SECRET.
  • Les soins pour la peau doivent être achetés en pharmacie, qui est un paradis. Les locaux eux-mêmes le font.
  • Si un fantôme ridé regarde du miroir le matin, il faut faire confiance aux conseils de mon amie Lilli (en photo) « plus on le cache, mieux c’est » et mettre une bonne paire de lunettes de soleil.

lundi en francais

 

Les fleurs sont-elles une preuve d’amour ?

kukat en francais

Plus de la moitié des femmes qui reçoivent des fleurs de la part de leur partenaire ont envie de lui faire l’amour.

Ah ces études françaises sont un plaisir à lire !

Je me souviens que plus jeune, en Finlande, ma coiffeuse avait reçu des fleurs de son compagnon qui revenait d’un séjour à Tallinn. Elle avait tout de suite soupçonné ce dernier d’avoir fait quelque chose d’interdit pendant son voyage. Pour quelle autre raison lui apporterait-il des roses ?

Bon, bien sûr, en France aussi il y celles qui soupçonnent quelque chose lorsqu’elles reçoivent des fleurs. Mais quand même, il semblerait qu’offrir un bouquet à sa moitié est, de manière générale, un geste apprécié.

Dans cette enquête officielle de l’Ifop on remarque également les choses suivantes :

  • 61% des femmes pensent qu’offrir des fleurs est une manière pour leur partenaire de montrer que ses sentiments sont authentiques. En ce qui concerne les jeunes femmes, on peut remarquer que le chiffre est encore plus élevé (77%).
  • D’un autre côté, 52% des femmes déclarent que le fait de recevoir des fleurs influence également leur volonté de rester fidèle à leur partenaire.

En lisant cela en rigolant, j’ai pensé que ça serait vraiment délicieux de lire la même étude, mais en Finlande.

Même il est peu probable que l’on fasse ce genre d’étude en Finlande parce que l’on jugerait qu’elle est contraire à l’égalité des sexes (même si, attention, dans cette étude le sexe du partenaire n’est pas précisé). Ce sont ce genre de petites différences qui existent entre la France et la Finlande. Ou bien, est-ce que je me trompe ?

Vous pouvez dire que je suis vieux jeu, mais, mince alors, c’est quand même merveilleux de recevoir des fleurs de son propre mari. N’êtes-vous pas du même avis ? Cette étude aide aussi peut-être à comprendre son chéri français.

AH D’ACCORD, c’est donc pour ça qu’il me rapporte des fleurs à la maison ? 😉

lundi en francais

Le menu-enfant : une étonnante déception en France, pays des gourmets

restau - francaise

« Steak haché frites, s’il-te-plaît. »

Un enfant de trois ans sait déjà dire qu’il veut commander un steak haché frites avant même que sa maman n’ait eu le temps de jeter un coup d’œil au menu.

Les petits français savent très bien se comporter au restaurant, ça, tout le monde le sait. Mais les petits anges sont malheureusement trop rarement pris en compte dans l’élaboration du menu.

C’est quand même surprenant, que dans un pays gourmet comme la France on serve aux enfants des plats aussi médiocres. En plus du steak haché frites, le menu-enfant comporte souvent les plats suivants :

  • pâtes au beurre
  • pâtes avec du jambon blanc
  • poisson pané frites
  • nuggets frites

Bien sûr, les enfants adorent ces plats, qui sont d’après eux « des plats nourrissants trois étoiles » que papa ou maman veulent bien préparer seulement dans des situations exceptionnelles à la maison.

Mais pourquoi, ô pourquoi, on me sert un excellent poisson frais aux légumes, quand on sert ce genre de mauvaise nourriture aux enfants ? C’est quelque chose que je ne suis pas encore parvenue à comprendre en quatre ans. Personne n’a encore organisé de manifestation contre cela ? Ni même une grève ?

Bon, à dire vrai, je dois bien avouer que j’avais commencé à m’habituer à ce petit défaut, jusqu’à ce que nous partions en Estonie pour nos vacances d’été. Au-delà du fait que dans quasiment chaque restaurant de Pärnu (petite ville côtière estonienne) il y avait à disposition un coin jeux ou des feuilles pour dessiner, les menus pour enfants étaient particulièrement alléchants. Pour les petits, à la place des frites, il y avait de la purée de pommes de terre ou de carottes et à la place des steak hachés, du poisson frais ou un filet de poulet. Dans un restaurant, on proposait même aux enfants un délicieux entrée: des légumes frais accompagnés de petites sauces. Ce genre de chose est donc possible !

Un bon moyen d’éviter les menu-enfants en France, c’est bien entendu de commander un plat pour adulte que l’on partagera en deux pour les enfants. C’est d’ailleurs ce que nous essayons souvent de faire, mais malheureusement cela marche rarement. Notre progéniture a bien sûr déjà eu le temps, durant ces quatre années, d’apprendre que chaque cuisine, d’un restaurant à l’autre, propose toujours un steak haché-frites.

Mamaaaan ! S’il-te-plaît ! 

lundi en francais